16/03/2006

Promenade picturale...


Tiens, te revoilà déjà,

As-tu quelques minutes de libres afin de m'accompagner à une petite sortie polyculturelle ?

Que dirais-tu de visiter des œuvres picturales à travers les âges ? Il est sot de rester planté face à ces œuvres d'art en cherchant naïvement à en admirer la beauté d'un simple regard. Certains " Connaisseurs " vont pourtant jusqu'à prétendre qu'il faut prendre un peu de recul pour pouvoir admirer leur beauté. Pour ma part je te propose de mener notre visite autrement, entrons carrément dans ces tableaux et découvrons les grâce à nos cinq sens !

N'hésites pas, je m'occupe de tout, prends juste garde à ne pas raccrocher le cadre en l'enjambant.


N'effrayes pas cette charmante femme, elle est très sensible…

Je te présente Mona Lisa, dite la Joconde. J'aime beaucoup son air si serein, savais tu que Giocondo signifie " heureux "… Grâce à ce tableau, le grand Léonard a réussi à faire renaitre un mot de cet Ancien Langage dont je parlais précédemment. Cependant, sa véritable identité reste une énigme à ce jour, certaines personnes prétendent qu'elle est l'incarnation de l'autoportrait travesti de son créateur, je trouve cette hypothèse un peu tordue, mais on ne sait jamais... Malheureusement, elle n'est pas très bavarde et n'a jamais daigné satisfaire ma curiosité, observes son regard perdu dans le vague, notes la manière si élégante dont elle s'est préparée, conformément aux habitudes de l'époque, elle n'a ni cils ni sourcils, personnellement ça me choque un peu... De même, son sourire qui semble prêt à s'effacer à chaque instant, et qui pourtant ne l'a pas quitté depuis des années me laisse perplexe !

Jettes un coup d'œil au loin, vois ces montagnes brumeuses et fantasmagoriques, elles en sont presque effrayantes...  Distinctes-tu le petit pont en pierre un peu plus bas ? C'est par ce chemin sinueux que nous allons laissez Mona Lisa et son doux parfum, Dieux sait sur qui nous risquons de tomber dans ces montagnes !

Et voila ! C'était prévisible, il me semblait bien que ces montagnes avaient quelque chose d'hostile !

Restes sur tes gardes, on ne sait jamais avec ces créatures, bien qu'il ait une lance plantée dans la poitrine il est peut être encore vivant ! Qui plus est, ça sent encore le souffre, c'est mauvais signe. Si tu es curieux d'en savoir plus sur Saint George je te suggère de faire un petittour du coté de Mons lors du Doudou, cette grande fête régionale lui est entièrement consacrée… Bon, j'avoue que je ne suis pas à l'aise face à ce monstre!

Allons saluer la princesse de Silcha afin de ne pas passer pour des rustres, mais ne nous attardons pas dans le coin. Tu devines la citadelle qui se dresse dans le lointain ? C'est notre prochaine étape.

Je reconnais le coin, mon ami Bacchus habite non loin d'ici...

Comme tu peux le constater, c'est un bon vivant. Prenons quelques vivres, il ne s'en apercevra pas et ça nous fera du bien. Cette toile a été peinte par Michelangelo Merisi, dit Le Caravage.

Je vais maintenant te conduire à un endroit complètement différent, sortons par derrière et laissons mon ami à sa triste décadence.

Reconnais-tu le coin? Nous sommes à Santa Maria !

Approches, je vais te montrer la basilique d'un peu plus près… passons par la gauche car que je n'ai pas vraiment confiance en ce personnage habillé en rouge là sur le cheval blanc, mieux vaut être prudent par les temps qui courent ! Admires cette splendeur, elle n'a pas tellement changé avec le temps c'est rassurant. Ces sculptures sont admirables, l'homme a tout de même bâtis de belles choses…

Oh, je n'avais pas remarqué, mais nous sommes déjà en 1800 ! Suis-moi, je vais te présenter une amie d'Edgar Degas

sur le chemin de retour... Oups ! On arrive à un moment intime… viens, retirons nous discrètement par les jardins… Il n'y a pas à dire c'est tout de même une jolie fille!

Ne trouves-tu pas que la vue de ce petit pont est magnifique ?

Sois quand même prudent, cette passerelle est très glissante. Il s'agit d'un de mes coins préférés, je viens souvent y prendre un peu d'air frais… Il semblerait que ce soit le jardin de ce cher Claude Monet

Ouf ! L'heure tourne, il est temps de rentrer, allons loger chez Margit ,sa demeure est assez particulière mais il est très accueillant…

De plus je suis sur les rotules… Tu n'aurais pas l'heure par hasard? Je me sens toujours un peu déphasé lorsque je passe par ici…

J'espère que cette visite t'a plu ! Entrons, reposes toi bien, peut être que tu regarderas les tableaux d'une autre manière maintenant….






00:11 Écrit par Petit prince | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Merci Pour cette visite!
J'aurai aimé visité l'univers de Dali, m'extasier devant la beauté des corps de Bouguereau, et rendre une petite visite aux Dieux de l'Olympe.. ;)
Gros byzoux!

Écrit par : Stef | 02/06/2006

Je Marche dans une Aquarelle Cet article me fait froid dans le dos au sens où je m'y reconnais parfaitement.[[Encore une Fois]].
En fait, lorsque je vais dans un musée d'art, je m'amuse toujours à m'asseoir au centre et regarder une par une les oeuvres d'art.J'imagine le contexte, les traits de la personne réèlle, sa vie, son lien avec le peintre.Je me plais à regarder les moindres détails, avec une minutie incroyable pour trouver, la petite cuillère que personne n'a remarqué, en son essence argentée, la petite ride , l'arbre miniature etc.Lorsque je vois une rivière, je me demande toujours si l'eau y est chaude, si je pourrais m'y baigner.C'est ouah...C'est aller au delà même de l'oeuvre, de la vivre, la sentir.Ainsi j'ai souvent beaucoup de traits impregnés en mon âme, que je me plais à revisionner parfois.
Je me souviens d'une nouvelle que j'avais lu étant petite au primaire [je ne me souviens ni du nom, ni du titre..dsl].Néanmoins, l'histoire mettait en scène un homme qui un jour débarque dans un appartement neuf, ayant pour seul objet une peinture accrochée au pan du mur.La peinture montrait un lac paisible, entouré en ses bords d'une jolie foret, des prairies...vierges.
Il s'y arrete, la contemple...impressionné par la limpidité de l'oeuvre.
Le second jour, alors qu'il ramène certaines de ses affaires, il regarde de nouveau d'oeuvre et reste interloqué...
Un bateau dans le lac, sur la rive droite.[il me semble!].
Il croit rêver.Ecarquille grand ses yeux."Je n'ai peut être pas fais attention la premiere fois!"
Les jours qui suivirent, l'homme pu admirer que l'oeuvre de son appartement s'emplissait chaque jour de nouveaux objets.Le bateau avançait, des gens venaient se baigner, un canard se trempait le bec, des nuages avaient noircis le ciel...etc etc...
L'homme se cru dément, ou completement déphasé, aveugle....
Jusqu'au jour où il pu apercevoir un autre homme, a la proue du bateau.
Une semaine plus tard, le bateau avait fait le tour du lac et s'était posté juste au premier plan de la peinture, l'homme y était bien visible et ressemblait étrangement à notre protagoniste....
Il ne pouvait bien évidemment dire mot, étant la représentation sourde d'un message apriori important!
Dès lors, l'homme qui regardait la peinture se mit à réfléchir profondémment a ce que désirait montrer cet homme sur le bateau, les arcanes mystérieuses de ce lac...

Puis....




Il se réveilla brusquement, la nuque douloureuse, sur le plancher de son appartement encore vide.
Il avait en fait tout rêver, tout imaginé....
La peinture était toujours accrochée au mur, toujours mettant en scène ce drôle de lac paisible...
Mais alors?



Une oeuvre d'art n'est pas l'image superficielle de quelque chose.Elle est, si ion le désire un bout de nous, un bout de notre âme selon les manières que nous l'interprétons, la contemplons.Pourquoi toujours s'arrêter a l'imagination nette de l'artiste aussi grande soit-elle!?C'est se complaire dans la vision étriquée d'un autre.C'est s'arrêter sagement à une convention....
En fait je ne me souviens plus de la morale, ni de la fin de la nouvelle.Mais après l'avoir lue, [lol] j'en avais retenu avec ma cervelle d'enfant une petite graine d'idée de ce genre qu'aujourd'hui je brode et comprend.Cela suit ton développement...

Pour ma part, le tableau qui m'a le plus marqué et sans contestes "les parapluies "' d'Auguste Renoir.La femme rousse au centreest tellement belle!J'en ai eu des frissons.J'ai remarqué la manière gracieuse, fidèle, douce dont il l'avait peinte.Sa mise en valeur, son teint blanc [avec les significations de l'époque] que j'étais persuadée qu'il s'agissait d'une de ses amantes ou bien son grand amour.J'ai attendu un an, sans chercher a me renseigner.Je restais dans ma pensée, ma certitude.

Un jour, en ouvrant un bouquin sur l'art....L'oeuvre y était expliquée.
Il s'agissait bien de son grand amour, et de plus, c'était sa femme...
Bien, j'ai interprété à ma manière, et ai atteint la vérité.Une vérité simple, mais...ce fut un petit bonheur je crois bien!J'avais quinze ans, et depuis a chaque fois....j'accompli cette même piste de réfléxion.Je vous jure! C'est super prenant, et vous fais passer des moments dans les musées incroyables!

Écrit par : Sophie | 05/08/2007

Les commentaires sont fermés.