31/05/2006

T'y crois toi?

-  Boark ! T'as vus comme il est laid ?!

-  Qui donc ?!

-  Tu ne l'as pas vus passer ? Juste là entre les deux étagères !

-  T'es marrant toi ! Ca fait des heures qu'on est là ! Des étagères y'en a partout ! Et en plus ça empeste le moisi !

-  Olala, t'es pas marrant c'est la dernière fois que je vais dans cette librairie avec toi ! Tu veux rentrer ?

-  Ah non hein ! T'es venus pour trouver un bouquin, tu vas pas partir sans maintenant ! Et puis qu'est ce que t'as vus passer d'abord ?

-  Un luiton !...

-  Pardon ?

-  Un... lutin ?

-  Quoi t'as trouvé des champignons hallucinogènes ?!

-  Oh laisse tomber, ça devait être un rongeur ...

-  Parce qu'en plus y'a des rats ?! Mais on est où là ?! Dans la turne la plus mitée de Bruxelles ?

-  Dans une librairie d'antiquités ! Et c'est bourré de merveilles !

-  Dis… il y a vraiment des rats ?...

-  Mmmh ?... Mais non je disais ça pour pas passer pour un fou, c'était bel et bien un citoyen du petit peuple !

-  Pfff Quand est ce que tu grandiras ?

-  Quoi? Tu ne crois pas au petit peuple ?

-  Le jour ou j'aurai ne serait ce qu'un doute quand à son existence je t'offre un verre où tu veux ! En plus pourquoi viendraient ils se perdre dans ces livres moisis ! Il n'y a que toi pour passer des heures dans ce puit à poussière !

-  Et toi pour m'accompagner!

-  Personne n'est parfait!

-  Ces livres moisis comme tu dis ce sont leurs chaumières et leurs trésors gardes toi de les critiquer, tu vas les vexer... Tiens tu veux pas tenir ce livre en attendant s'il te plait...

-  ...Tu es sérieux?... Les liaisons dangereuses... c'est quoi ?

-  Un roman épistolaire… c'est l'histoire de deux amants libertins au XVIIIème siècle… il a été censuré et fait maintenant partie des maudits de la litté…

-  Argh !!! C'était quoi ce truc !

-  Quoi ?

-  J'sais pas c'est passé juste entre nous deux, y a vraiment des... bestioles ici !!

-  T'as du mettre en colère quelques lutins, rien de plus... Il parrait que c'est comme pour les fées... quand on dit qu'on y croit pas il y en a un qui meurt… Forcement ça ne met pas les autres de bonne humeur !

-  T'es pas marrant ! Allez viens on y va j'en ai marre !

-  Comme tu es pressé tout d'un coup...

-  Si j'attends que tu te décides on sera encore là demain! Tu fais ce que tu veux, moi je sors!

-  Ca va, ça va, je viens de trouver, une seconde!... Donc tu m'offre un verre à la Terrasse ce soir?

...





Nous oublions souvent de sentir la magie du moment présent et pourtant, c'est elle qui bâtit le scénario de notre vie.

18:01 Écrit par Petit prince | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/05/2006

Orage d'équanimité!

La tête en l'air, le visage éclairé par cette mer d'argent… Tu crois qu'il tombera aujourd'hui cet orage que j'attends depuis des jours ? Il semblerait que du côté de Louvain La Neuve ils ont déjà pu en profiter ! Penses-tu que je serais un tantinet jaloux ?

J'attends ce moment où les oiseaux se tairont, ou le vent doucement se repliera, cet instant calme et discret qui annonce le commencement de la symphonie…

Perdu dans le monde de l'imaginaire, je m'en irai alors sur l'appui de fenêtre afin de me laisser emporter par le magnifique concert de la nature. Ces instants où le roulement des tambours célestes te font frissonner, ou les coups de cymbales accompagnés des éclairs ne cessent de t'éblouir, sans compter le vent, majestueux, qui de son souffle tend à imiter une mélodie de violon fou !

(Pause dans la bloguécriture !)

Il y a de ça quelques heures, le grand architecte m'a fait un petit plaisir. Alors que je revenais, morose, de chez un ami, j'ai pu respirer cette étrange odeur d'ozone qui naît de l'humus lors de certains orages.

Il pleuvait ! Et devines quoi… J'aimais ça ! Pourquoi les gens ne profitent-ils pas plus de ce cadeau de dame nature ? N'est-ce pas enchanteur le clapotis de la pluie, le soir alors que tout est calme ? Ne t'es-tu jamais arrêté quelques instants sous une véranda, ou devant une baie vitrée à regarder tomber l'eau du ciel ? Est-ce si désagréable cette eau qui ruisselle sur ton visage ?

Je le redis, j'aime ce monde parallèle, qui n'est ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, et s'ouvre à nous l'espace de ces instants !

C'est dans cette ineffable atmosphère que l'image d'un avenir construit sur la première personne du pluriel s'est imposée à moi… Que n'aurais-je donné à cet instant pour partager cette quiétude avec ma chère.

N'est-elle pas belle la vie ?


03:49 Écrit par Petit prince | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |